Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 18:13
                Ce transport occupe une place particulière dans la déportation de répression. Il présente de remarquables similitudes avec celui des femmes du 24 février 1943. Ils furent les seuls transports de France vers Auschwitz composés dans leur très grande majorité de prisonniers politiques français.
Parti de Compiègne le 6 juillet 1942, le convoi des 45 000 est arrivé au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz deux jours plus tard.
Il fut composé depuis le
camp d’internement de Compiègne-Royallieu
à partir de listes de détenus fort disparates : des « politiques » (1 100 hommes), c'est-à-dire une majorité écrasante de communistes, quelques socialistes et radicaux, des droits communs, et 50 à 56 Juifs.
Il s’agit d’un convoi de représailles, formé par l’administration militaire allemande afin de répondre aux attentats dirigés contre soldats et officiers des troupes d’occupation depuis l’entrée du Reich dans la guerre contre l’URSS et qui s’inscrit dans la lutte contre le « judéo-bolchevisme ». Après une période où
les fusillades
d’otages avaient été systématisées après chaque action contre l’occupant, mais avaient montré leurs limites quant à leur pouvoir de dissuasion, la déportation « vers l’Est » devint un autre moyen de répression destiné à produire un effet de « terreur » durable dans les milieux résistants, et plus généralement, dans la population.

Lire la suite
ici

 

Partager cet article
Repost0

commentaires