Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 12:10

A Nouart, le  lendemain de fête patronale  (Saint-Laurent), on honore traditionnellement les morts de la seconde guerre mondiale, notamment les résistants et  les morts lors de la libération du canton de Buzancy. Cette année, le 11 Août, Pierre Vernel, maire de la commune, vice-président du Conseil général des Ardennes avait décidé d'y associer les déportés : une plaque portant les noms de trois ouvriers agricoles Juifs de la WOL  a été inaugurée.

Il s'agit de :

Naftule BERCU, roumain, né le 5/5/1912 à Botosani.

Gitla ROZENBERG, née SZPERLING, Polonaise, née le 14/1/1909 à Varsovie.

 Mardochée SEBAN, français, né le 31/10/1899  à Oran, Marina.

Tous trois travaillaient depuis le printemps 1942 à ILLY,  proche de SEDAN.Ils ont été mutés à Nouart le 15 Novembre 1943 pour construire une écurie à chevaux : le bâtiment existe encore, il sert de remise à l‘auberge communale du Petit Nay. La rafle du 6janvier 1944 ne les épargne pas.

Un quatrième travailleur de Nouart, Icek KORNBERG est retourné à Francheval d'où il est déporté avec son épouse et leur fils de 5 mois et demi : le petit René KORNBERG, né à SEDAN le 15 Juillet 1943 : il est le plus jeune déporté des Ardennes. Un cinquième travailleur  Michel GUTMANN, 19 ans, s'échappe en gare de Charleville et revient se cacher à Illy chez Madame STRINGER,  qui lui sauvera la vie.

Marc BERCU, fils de Naftule,  possède des lettres où un compagnon de travail des déportés le raconte en partie à sa mère Madame BERCU en 1944. Il a lui-même dévoilé la plaque portant le nom de son père, en présence de sa famille, dont son cousin, fils de Haïm BERCU, frère de Naftule, déporté de BULSON,  et dont le nom figure sur le monument érigé en 2007. Haïm et Naftule avaient quatre autres frères : cinq sur les six enfants ont été exterminés. Leurs enfants qui ont ont survécu le doivent aux Justes qui les ont cachés.

La cérémonie s'est déroulée en présence de M. Benoît HURE, président du Conseil général et sénateur, M. Marc LAMENIE, sénateur, M. Pierre VERNEL, les représentants des associations patriotiques. Christine Dollard-Leplomb, au nom d'AFMD 08, a rappelé les circonstances  de ces faits méconnus et appelé à la vigilance et à l'action en faveur de la transmission de l'Histoire et des valeurs de la résistance, notamment auprès des plus jeunes. M. Vernel avait tenu à associer les enfants du village à la cérémonie, l'un lisant le poème de Daniel  DION : « aux déportés », les autres déposant un bouquet au pied de la plaque. « Ca n'a l'air de rien, dit Pierre VERNEL, mais ils s'en souviendront toute leur vie, et  ils ne recevront pas de la même façon les cours d'Histoire et ils se poseront des questions.»

Gérard GONORD, colombophile à Mouzon procéda à un lâcher de pigeons : un pour chacun des déportés, puis un envol général rappelant les colombes symboles de paix. Il rappela le rôle tenu par les pigeons dans les communications en 14-18. L'assistance nombreuse fut ensuite conviée au vin d'Honneur à la salle des fêtes, où des panneaux d'exposition de notre association présentaient au public des documents d'archives et des photos.

L'AFMD 08 remercie chaleureusement Pierre Vernel pour sa détermination à perpétuer le souvenir des victimes et l'attention particulière qu'il a apporté à la réalisation de ce projet.

 

 
   
   
Partager cet article
Repost0

commentaires