Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 07:02

 

image

 

 

 

L'AFMD vous invite à une  projection-débat sur la mémoire de l'internement des Tsiganes, vendredi 28 septembre à 18h30 à la médiathèque "Voyelles" de Charleville.

Il y a cent ans, en 1912, était institué pour les Nomades le carnet anthropométrique, comportant des informations jusqu’alors réservées aux criminels ; il ne sera supprimé qu’en 1969.
Par le décret du 6 avril 1940 de la République finissante, les Tsiganes, soupçonnés d’espionnage, deviennent des voyageurs assignés à résidence.
Les Allemands imposent bientôt l'internement dans des camps : 25 camps existent en août 1940. Ce sont des camps improvisés, gérés par Vichy. Les familles se retrouvent dans le dénuement le plus complet. Les conditions de vie sont lamentables, dans des forts, des gares abandonnées, des carrières, des tôles. Dans le froid ou la canicule, la boue, la faim, le mépris, le manque d’hygiène, pratiquement sans aucune aide extérieure.
Très peu d’entre eux seront déportés dans les camps nazis, ce qui est une spécificité française, car les Tsiganes d’Europe ont été exterminés comme les Juifs.
En 1944, pas de Libération pour les Nomades : ils sont maintenus en internement dans les camps jusqu’à fin mai 1946 …

Plus  de 60 ans après les évènements, cette histoire douloureuse reste encore trop peu connue du grand public. Elle est pourtant essentielle. Les mesures d'exclusion prises à l'encontre de la communauté Tsigane visaient avant tout l'éradication, en France, du nomadisme.Un mode de vie, aujourd'hui encore, difficilement compris et accepté.

Partager cet article

Repost 0
Published by afmd 08
commenter cet article

commentaires