Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 15:12

Dimanche 13 octobre, a été posée à Seraincourt une stèle portant les noms des quarante travailleurs agricoles juifs et leurs familles raflés le 4 janvier 1944 dans les communes de Seraincourt, Fraillicourt, Remaucourt, Ecly, Son, Hauteville, Rethel, pour être déportés et exterminés au camp de concentration d'Auschwitz.

 

stele saulaincourt 1

 

Allocutions de Christine Dollard-Leplomb, présidente de l'AFMD des Ardennes : 

 

 

M. le Sous-Préfet,  M. le Sénateur, Mme la députée, M. le conseiller général (représentant le président), Mme la directrice de l’ONACVG,

 

Messieurs les élus,

Monsieur  le Maire, Mesdames et Messieurs les présidents d’associations et représentants des cultes, Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités,

 

Je salue la présence de survivants, (du travail et enfants cachés), les familles des déportés, et  la présence de membres des familles de Justes, reconnus ou non, qui les ont sauvés.

 

Les nazis avaient institué à l’échelle d’un continent la plus grande entreprise d’extermination d’êtres humains organisée industriellement, servie par une administration implacable, où disparurent 6 millions de Juifs d’Europe et des milliers de Tsiganes, dont on voulait tout effacer, jusqu’à leur souvenir et à leurs noms. Dans les Ardennes aussi.

 

En 1940 notre département est entièrement évacué sur ordre des autorités françaises, déclaré

«prise de guerre » et placé en zone interdite. L’Allemagne nazie veut  annexer la zone en cas de victoire et y installer des nouveaux colons. Les cultivateurs sont donc indésirables et refoulés, ou mis en rétention dans les camps de Tagnon et de Maison-Rouge (Quatre-Champs), dans des conditions très dures.

 

La W.O.L., Wirtschafstoberleitung, ou service de mise en culture, est une filiale de l’Ostland , entreprise privée influente à Berlin, qui n’obéit à aucune autorité d’occupation sauf  à la Gestapo. Elle emploie des prisonniers de guerre en congé de captivité, ou « prisonniers libres », des  travailleurs étrangers déjà présents avant guerre, des prisonniers Nord-Africains, et des civils français dont certains agriculteurs rentrés en fraude, dépossédés de leurs terres et, à partir de mars 1943, des Polonais catholiques déportés par trains entiers.

Cette organisation s’inscrit dans la politique raciale d’occupation des territoires du grand Reich , qui assigne des populations déracinées comme des pions dans des zones périphériques de l’Europe, afin de supprimer les mélanges de « races ».

 

Dès le mois de mai 1941, les hommes juifs étrangers, qui sont les plus nombreux en France, sont arrêtés, internés dans les camps du Loiret et du Sud-Ouest. Certains en sortiront à la condition de s’engager pour les Ardennes.

 

Ces étrangers vivant à Paris se sont réfugiés en France entre les deux guerres,  suite aux persécutions en Europe de l’Est. Principalement polonais, et de 21 nationalités différentes. Rappelons qu’à la déclaration de guerre en 1939, ils s’étaient engagés en nombre aux côtés de l’armée française.

 Du 11 novembre 1941 et le 4 janvier 1944, ils sont presque 700  concernés au total, répartis dans 53 communes ardennaises du Sedanais et du Rethélois.

Ils viennent parfois en famille, tous ne travaillent pas la terre : les enfants sont scolarisés, les vieillards suivent. Certains viendront plus tard, clandestinement ou non, car, à  Paris, la vie  est impossible : interdiction de travailler, de fréquenter  les lieux publics, rafles quotidiennes et disparition des familles, famine. L’U.G.I.F., organisme social juif créé par Vichy, les  enrôle contre la promesse (qui se révèlera illusoire) d’une vie plus facile à la campagne et surtout celle de la protection des biens et des familles restées à Paris, qui se révèlera illusoire aussi, ils sont même déportés à 44% alors que les Juifs de France le sont dans l’ensemble à 25%.

De plus, leur statut de « volontaires » au profit d’une entreprise allemande  leur vaudra après-guerre de ne pouvoir prétendre à aucune indemnité. Sans parler des Ausweiss dont ils étaient munis pour se rendre en permission à Paris : ils ignoraient qu’ils n’avaient aucune valeur en zone occupée, dès qu’ils avaient dépassé Rethel … Certains sont ainsi arrêtés et déportés.

 

Ces gens ne connaissant rien du travail de la terre souffrent : ils sont pour la plupart ouvriers dans le cuir ou le tissu, vendeurs sur les marchés, mécaniciens sur machine à coudre… Ils arrivent en vêtements de ville, qui ne résistent pas longtemps au travail des champs. Le travail est pénible par tous les temps, mais la dureté réelle de leur vie dépend du chef de culture, qui contrôle tout dans chaque village. Certains sont des tyranneaux cruels, d’autres ne font pas de différences, certains sont anti-nazis et aideront les Juifs et les Ardennais à échapper à la terreur du Reich. Il faut leur rendre hommage.

 

La vie s’organise : les Juifs sont censés ne pas quitter la commune, respecter un couvre-feu et ne pas avoir de contact avec la population, mais ils le font et reçoivent bon accueil : les témoins gardent des souvenirs vivaces des Juifs, avec qui ils s’entraidaient. Les Juifs soignent, réparent les chaussures, les vêtements, refont des vêtements aux jeunes français qui grandissent trop vite, dans les vieux habits tirés des armoires, car il est impossible de trouver du tissu. Ils troquent ces services contre de la nourriture, œufs, lait, beurre , car ils sont payés 30 F par jour alors que les autres travailleurs reçoivent 60 F, les femmes et les jeunes ne reçoivent que 18 F. Des amitiés se nouent, des amours aussi. Certains ont appris à leurs amis  ardennais à danser, à nager , à jouer aux échecs ou au billard : 60 ans après, ceux-ci l’évoquent avec les larmes aux yeux. « On les aimait bien les Juifs», « C’étaient  des bonnes gens. »

 

L’expérience s’arrête brutalement les 4 et 6 janvier 1944, lors de la grande  rafle ordonnée par la Gestapo, qui emporte de Charleville à Drancy, dans des wagons à bestiaux, 224 juifs de la WOL, 288 Juifs du Judenlager des Mazures et 9 Juifs ardennais, dont les fillettes Dora Levi de Vouziers et Hélène Cyminski de Rethel.

Le plus jeune, René Kornberg, né à Sedan le 15 Juillet 1943, n’avait que 5 mois et demi.

 

Je vous laisse méditer cette question à jamais sans réponse :

Qu’auraient fait de leur vie les 11 400 enfants de France et le million  d’enfants d’Europe exterminés à Auschwitz ? Y avait-il parmi eux quelques grands médecins qui nous manquent aujourd’hui ? On voit là que « Tuer les autres, c’est se tuer soi-même » et que le  crime contre l’Humanité s’est perpétré contre nous tous, qui n’avons pas pu les connaître, pas pu vivre ensemble, qu’ils soient devenus par la suite savants, boulangers ou mères de famille.

 

Je vais citer le poète Jean Tardieu : « Puisque les morts ne peuvent plus se taire, est-ce aux vivants de garder leur silence ? »

Non, et c’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui, autour de cette stèle qui sera désormais un peu la tombe à laquelle ils n’ont pas eu droit. La mémoire n’appartient à personne mais  nous en sommes tous responsables.

Cette stèle qui doit, comme beaucoup d’autres, après nous et en d’autres temps, perpétuer la mémoire, qui est seule garante de l’indispensable et inlassable lutte permanente contre le déshumain et la tentation totalitaire.

Pour ce faire, Réunissons autour de notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité, tous ceux qui la défendent, quelles que soient leur religion, leur origine ou leur ethnie.

 

 

 

 

Hommage aux Justes


Madame Simone Veil déclarait, en 2007, lors de l’entrée des Justes au Panthéon :

La France s’honore, aujourd’hui, de graver de manière indélébile dans la pierre de son

histoire nationale, cette page de lumière dans la nuit de la Shoah.

 

Les Ardennes comptent à ce jour 26 Justes parmi les Nations, reconnus par l’institut Yad Vashem. C’est la plus haute distinction décernée à titre civil par l’état d’Israël.

Aujourd’hui en ce moment même, dans l’Yonne, une nouvelle médaille est remise aux enfants de Clémence et Albert Ducloux, qui ont sauvé une maman et ses trois fillettes dont un bébé, à Beaumont-en-Argonne.

Pour ce secteur du Rethélois et du Porcien, citons :

 

Lucien et Marie Achart (née Cugnard) de Lalobbe

Daniel et Juliette Brunet de Faux

Georges et Lucienne Dereims (née Achart) de Remaucourt

Jean et Juliette Tarradou  de Seraincourt

Georges, Jeanne et Denise Wimart  de Fraillicourt

Roger Beguin de Cuiry-les-Iviers dans l’Aisne toute proche

D’autres personnes doivent être nommées, au même titre, bien que non reconnues faute de demandes : Des cheminots qui ont ouvert des wagons du sinistre convoi en gare d’Amagne, des passeurs de la ligne comme Mr Sené, boulanger, ou le livreur  du Goulet-Turpin,  qui ont caché des gens dans leurs camionnettes, la famille Mennessier , Gisèle Faux, institutrice à Fraillicourt, Roland Sinet à Mainbressy, Mme Suzanne Choisy,et Mr Douzamy,  secrétaires de mairie à Remaucourt ,Mr Sarrazin, maire de Seraincourt, Mme Gosset, épicière  à Fraillicourt, le chef de culture à Forest qui connaissait votre présence...

 

Je citerai Corentin Carier : arrière petit-fils de Juliette et Daniel Brunet : « je suis fier d’eux, non parce qu’ils sont des héros, mais parce qu’ils ont sauvé des frères ».

 

Et il faut penser aussi  à tous ceux qui demeureront inconnus et qui ont œuvré pour sauver des vies au péril de la leur.

David Dawidowicz, survivant de la WOL du Radois , ici présent, déclarait : « De cette période 1940-1944, je garde comme une lueur dans la nuit le souvenir de la population des Ardennes, de son sens de l’accueil et de l’hospitalité, de sa discrétion, qualités qui ont permis à nombre de persécutés de se réfugier et de se déplacer sans que nul ne songe à les dénoncer. »

 

Et pour finir, je vous livre cette phrase de Denise Wimart, héroïne s’il en est, phrase qui figure sur le panneau près de la stèle des Justes au Panthéon :

“Puisse le bien qu’ils ont fait, rappeler aux générations  présentes et à venir que, dans une situation tragique, d’autres attitudes que la résignation, la veulerie ou la lâcheté sont possibles”.

 

 

100 3875

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by afmd 08
commenter cet article

commentaires

Perrichon 03/11/2013 11:19


Est-il possible de connaître l'inscription figurant sur cette plaque avec la liste des personnes ?

DOV GURY [GUROVICI] 20/10/2013 09:47


Je tiens a saluer publiquement l action de sauvegarde de la memoire  menee par     l AFMD08 soius la  direction de l infatigable MMe.C.DOLLARD.Sans ces actions qui
se souvient aujourd hui du sort des "JUIFS DE LA WOLL"?.Dans son intervention a la ceremonie MMe.Dollard a su aussi exprimer la rencontre de deux communautes complementaires dans la misere
de l occupation.En tant que fils d un survivant  de la Woll je suis tres touche par le nombre des Justes qui  ont eu le reflexe honorable de secourir ces juifs dans leur detresse et de
les sauver de l extermination.


Dov
Gury.Israel                                                                                          
[fils de Simon Gurovici.Maison
blanche 1941 ]