Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 10:39

L'assemblée générale de l'AFMD des Ardennes aura lieu le samedi 15 mars à 14 h 30, salle G. Mailfait, 115, rue Ambroise Croizat, quartier du Theux à Charleville-Mézières.

Repost 0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 07:00

A.G. de l’AFMD le samedi 23 mars (et non le 9 comme précédemment annoncé) à 14h à la maison des associations de Mohon
Conférence sur les enfants déportés des Ardennes et les enfants ardennais déportés d'un autre lieu.


Projet de plaque commémorative à la mémoire des ouvriers agricoles juifs de la WOL du Rethélois.


Elle recensera une quarantaine de noms de personnes raflées à Seraincourt, Fraillicourt, Remaucourt, Ecly, Hauteville, Son, Rethel
Elle sera édifiée à Seraincourt. Le projet est porté par la communauté de communes.
L'inauguration aura lieu en Septembre 2013, la date exacte n'est pas encore fixée. Mais la journée permettra la rencontre entre survivants, familles de déportés, témoins aux souvenirs vivaces, personnes ayant aidé ou caché des Juifs.

Exposition réalisée par  l'ONAC VG : "Les Juifs de France dans la Shoah"

 

L'exposition sera présentée à la médiathèque de SEDAN , du 22 janvier au 2 février. Elle sera ensuite comme toutes les expos de l'ONAC , en prêt gratuit  pour les établissements scolaires, les associations, les institutions.
Elle   comporte plusieurs points concernant  les Ardennes, d'où furent déportées pour Auschwitz  507 personnes (travailleurs juifs de la WOL et internés du Judenlager des Mazures), auxquelles il faut ajouter 110 autres Ardennais  déportées d'autres départements.

Repost 0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 08:10

L'événement fut commémoré comme tous les ans sur le plateau de Berthaucourt, lieu hautement symbolique de la Résistance ardennaise, et dont les murs du Mémorial portent gravés dans leur pierre les noms des fusillés et des déportés du département. L'AFMD, représentée par son trésorier André Cortesi, a déposée une gerbe en commun avec la FNDIRP. Un article du quotidien L'Ardennais/L'Union rapporte les éléments du discours du président de l'UAFFI.

Repost 0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 09:33

Un diaporama à vocation pédagogique consacré à la Shoah dans les Ardennes a été mis la à disposition des enseignants. Il est téléchargeable depuis le site de l’Inspection départementale de l'Education nationale de Rethel mais aussi depuis celui du CDDP des Ardennes (à confirmer).

Ce document avait été réalisé à la suite à de recherches menées sur la déportation de la famille Cyminski de Rethel. On se souvient qu’après la publication de l’étude, d’abord dans la revue Terres ardennaises puis en livret illustré lors d'une exposition à la bibliothèque municipale de Rethel, une plaque commémorative avait été apposée place de Caen. Le diaporama est téléchargeable ici. L'album qui reprend le texte intégral de l'étude l'est .

 

  Dscf0001bis

 

Le nom d'Hélène, sur "le Mur des noms" du Mémorial de la Shoah à Paris (CDJC).

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 06:48

Le témoignage fort d’un résistant ardennais déporté au camp de concentration de Buchenwald en 1944. Le titre de la première de couverture, Les Carnets d’un déporté résistant est complété par cette mention : Grand-Mère, matricule KLB 42522, car les travaux effectués par l’auteur pendant sa déportation ont déformé son corps jusqu’à le rendre irrémédiablement et définitivement voûté, l’obligeant à adopter à une posture de vieillarde « percluse de douleur, une grand-mère qui n’aurait pas encore vingt ans ! ».

  51d+Yb-NlZL. SS500

 

Christian Boitelet, Résistant déporté : « Grand-Mère » (matricule KLB 42522), édition La Fontaine de Siloé, 73801 Montmélian

 

Christian Boitelet est né le 2 décembre 1924 à Givet dans une famille d’origine modeste. Son père, Marcel, est cheminot, c’est dès avant la guerre un militant communiste actif qui s’engage dans des actions de solidarité envers les Républicains espagnols et les Allemands antinazis. Vient la guerre, et l’exode en Vendée… La famille Boitelet rentre à Givet en 1942. Très rapidement Marcel Boitelet s’engage dans la résistance à l’occupant, mais il est arrêté le 27 février 1943 sur dénonciation d’un auxiliaire de la police allemande. Interné à la prison de Charleville, transféré sur le camp de Compiègne, il est déporté au camp de concentration de Sachsenhausen par le transport du 28 avril 1943. Il y est décédé le 26 juillet 1944. (Son bulletin de décès porte la mention « Mort pour la France » et son nom figure sur le monument aux morts de Givet mais pas sur le Mémorial de Berthaucourt.) Peu de temps après, son frère ainé est à son tour arrêté puis déporté...

 

Lire la suite...

Repost 0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 15:35
 

Pour lire le compte-rendu des travaux de l'assemblée générale de l'AFMD, cliquez ici.        

Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 16:34

Cette année, l'AFMD 51  propose un voyage en Belgique pour visiter le Fort de Breendonk situé à mi-chemin entre Bruxelles et Anvers.

 

Après la défaite de juin 1940, les Allemands partagent le territoire des 4 pays occupés : Pays-Bas, Belgique, Luxembourg et France. La zone Nord  comprend les Pays-Bas, la Belgique et deux départements français, le Pas de Calais et le Nord, rattachés au commandement allemand de Bruxelles.

Le fort de Breendonk est la plaque tournante de l’internement et des interrogatoires avant la déportation. On parle peu de la vie des Français de cette région sous le joug terrible de la présence allemande plus dure que dans la zone occupée dirigée par Vichy.

Visiter ce Fort nous éclairera sur ces ombres.

 

Avant la visite, nous ferons une petite croisière, commentée par un guide, de 2 heures sur l’Escaut avec un repas froid à bord, (boissons non comprises).

 

Nous vous proposons ce voyage au prix de 75 euros pour les adhérents et 85 euros pour les non adhérents.

.

Demi-tarif pour les jeunes de moins de 16 ans et les personnes sans emploi.

 

Départ de Reims, du parking René Tys, près de la patinoire, à 6 heures.

Départ de Charleville à 7 h, RV à définir.

Retour à Reims vers 22 heures.

 

Inscriptions dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des 45 places disponibles

 

Mr, Mme ………………………………………………………………………………..

Adresse ………………………………………………………………………………….

Tél : ………………………………………………….

Réserve(nt)…….. place(s) pour adultes et …… place(s) pour jeunes de moins de 16 ans,

au départ de Reims.

Ci-joint un chèque de …………….. Euros à l’ordre de AFMD 51

M. Mme …………. ……………..réserve(nt) …. … Pour le repas.   

Merci de retourner ce fichet à Madame Hélène Lebrec

9 avenue Bonaparte 51430 – Tinqueux (03.26.61.52.16

helene.lebrec@dbmail.com)

En cas de défection tardive, remplacement possible ou retenue de 15 Euros.

Les mineurs non accompagnés doivent nous adresser une autorisation parentale.

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 17:34

AFMD ARDENNES                   Rapport d’activité de l’année 2011

 

10 mars : Cérémonie annuelle au cimetière israélite de Sedan, organisée par la FNDIRP.

19 mars : Assemblée générale annuelle.

20 avril : Jury du Concours National de la Résistance

24 avril : Journée nationale de la mémoire de la déportation, cérémonie à  Berthaucourt.

8 mai : Commémoration nationale et remise des prix aux lauréats du Concours national de la Résistance et de la déportation : notre association participe à la dotation de ce concours.

26 mai : Journée bisannuelle « Mémoire et Sport », organisée par les ONAC des Ardennes et de la Meuse, pour les écoliers de CM de Laneuville-sur-Meuse, Beaumont-en-Argonne, Buzancy et Sedan-Bellevue,  avec les associations « Comprendre et témoigner » et AFMD.

Encadrement des activités « mémoire » (Questionnaires et commémorations). Intervention devant la stèle des déportés de Sommauthe.

29 mai : Publication dans l’Union, point sur  nos travaux de recherche historique concernant  le cas singulier des Juifs de la WOL des Ardennes.

29 mai : Remise de la médaille des Justes à Gabriel et Sara CAILAC à titre posthume, reçue par Robert Maignan leur gendre, en présence  de Raymonde Nathanson qu’ils ont sauvée, venue de Las Vegas à cette occasion. La médaille était remise par Mr Harel, ministre auprès de l’ambassade d’Israël devant une nombreuse assistance en mairie de Mouzon.

Un compte-rendu détaillé figure dans le bulletin communal, avec pour la première fois, la liste des enfants déportés des Ardennes publiée dans un document n’émanant pas d’AFMD.

Une lettre de remerciement a été adressée à M. le Maire de Mouzon.

17 juillet : Commémoration de la rafle du Vel d’Hiv et des crimes racistes et antisémites de l’Etat français, puis inauguration de la plaque à la Mémoire des Justes, sur le monument de la place de l’Hôtel de Ville à Mézières.

juillet/août : Accueil de familles de déportés : pèlerinages, documentation…

14 septembre : Conseil départemental de l’ONAC.

1er Octobre : Inauguration de la stèle à la mémoire des déportés juifs de Beaumont-en-Argonne, en présence de plusieurs descendants et enfants sauvés.

Là encore, nous nous devons de saluer les efforts de Mr le Maire et ses adjoints et employés, des élus voisins, des associations patriotiques et de l’école de Beaumont, ayant contribué au caractère particulièrement solennel de cette cérémonie qui a marqué les participants.

18 octobre : A la mairie du 11e arr. de Paris, lancement du livre Fragments d’Histoire, lambeaux de mémoire, publié par l’AMEJD (association pour la mémoire des enfants juifs déportés). Nous avions contribué aux recherches puisque certains enfants ont été déportés des Ardennes où leurs parents étaient à la WOL. Une large place nous est faite dans cet ouvrage. Cette manifestation a été l’occasion de faire connaître notre département (de le situer …), l’histoire méconnue  des Juifs de la WOL et l’action des Justes des Ardennes.

14 novembre : Obsèques de M. André Etchegoïmberry, résistant, déporté, rescapé du Struthof et témoin infatigable.

25 novembre : Sortie du livre collectif Il y a 70 ans dans les Ardennes, publié par Terres Ardennaises, auquel nous avons contribué pour le chapitre : « Les Juifs de la WOL ».

Décembre : Séances de dédicace du livre à Sedan, Launois-sur-Vence, Mouzon et Carignan.

 

AFMD a été représentée lors de commémorations annuelles ( La Horgne, Stonne, Pont-Gaudron, Sommauthe, Bazeilles, Sedan, Nouart, Alland’huy, Rethel, Berthaucourt) ou exceptionnelles (Souvenir Français à Mouzon , Yoncq…)

Les travaux de recherche  ont continué, ainsi que la collaboration avec AFMD 51 et AFMD 52 pour la réalisation d’un CD Rom : 20 documents pour étudier la déportation en Champagne-Ardennes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 20:09

Aujourd’hui plus que jamais, il est indispensable de transmettre  la mémoire de la déportation, de transmettre la connaissance des faits historiques, crimes contre l'humanité amenés par les idéologies xénophobes, racistes et antisémites, aujourd'hui véhiculées par les négationnistes et les néo-nazis.
C’est exactement le but d’AFMD. Notre rôle est d’instruire sans relâche nos concitoyens, pour armer leur réflexion  et interpeller ainsi leur conscience, pour les inciter à s’engager dans tout ce qui fait Humanité .
Nous ne devons pas nous positionner dans le champ de l’actualité politique au quotidien, comme l’a fait notre bureau national ces derniers mois, au risque de

- Décourager nos adhérents qui appartiennent à la majorité mise en cause, alors que la vérité profonde de chacun est bien plus complexe que la lecture d’un étiquetage politique.

-Réduire AFMD au rang de courant d’opinion, alors que notre rôle est de transmettre l’histoire et la mémoire de la déportation, qui ne se discutent pas.

- Risquer de laisser admettre que le nazisme peut être une opinion. Or, le bureau national, le 5 mars dernier, se repositionnant dans le cadre républicain.

AFMD «  affirme qu’avec raison, la loi républicaine, faite par les élus de la nation, a posé des limites à la liberté d’expression : le racisme et les discriminations ne sont pas dans notre pays des opinions mais des délits, tout comme la négation des crimes contre l’humanité commis par le nazisme. »


L’extrême-droite, en  confisquant un temps les symboles républicains, tels le drapeau et la Marseillaise, a détourné des commémorations, perçues alors comme passéistes voire réactionnaires, un trop grand nombre de personnes et notamment les écoles primaires.

Je constate qu’il reste difficile d’intervenir en milieu scolaire. Derrière « le manque de temps » invoqué, des raisons plus complexes sont sans doute à décrypter, car il est difficile de comprendre alors pourquoi l’aide d’un intervenant est déclinée en ce cas.

Notre action à venir doit donc se situer en priorité dans ce champ de la jeunesse et de l’école, avec confiance : je peux témoigner à titre personnel à quel point on peut renverser la tendance en peu de temps.

Je souhaite également que nous puissions œuvrer prochainement  à la mémoire de la déportation des Tsiganes et à celle des Noirs. Là encore, seule  la connaissance de ces faits méconnus  peut contribuer à  éclairer nos concitoyens et à éviter de tomber dans le piège de la guerre des mémoires, fléau consécutif au communautarisme contraire à l’essence même  de la France.

Plus que jamais, en ces temps d’accélération des bouleversements historiques, où les peuples en souffrance nous disent que les valeurs que la France a données au monde sont universelles, il nous faut les enraciner chez la nouvelle génération.

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 20:03

1/Intervention :


- par Philippe Lecler auprès de Mme la Maire de Charleville, suite à une démarche de l’ADIRP, au sujet des noms manquants sur le mémorial de Berthaucourt.

On s’oriente vers la constitution d’un groupe de travail réunissant la FNDIRP, l’AFMD, et les associations concernées.

- par C.Dollard-Leplomb, auprès de M. le maire de Rethel, au sujet de la commémoration de la journée des déportés .(difficulté en 2010 en raison de la proximité de la foire au boudin blanc).

 

2/ Cérémonies ordinaires : Notre association a été représentée en 2010 

 

20 mars 2010 : cérémonie organisée par l’ADIRP au cimetière israélite de Sedan, puis au monument commémoratif  de la déportation.

25 avril 2010 : Journée de la déportation : à Berthaucourt et à  Rethel (par M. Launois)

26 mai 2010 : Remise des prix aux lauréats du concours de la résistance, et participation au financement.

29 Mai 2010 : cérémonie à Sommauthe (M. et Mme Delabruyère, boulangers du village, déportés)

16 juillet 2010 : Mézières : mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français et hommage aux "Justes" de France.

9 août 2010 : Nouart : hommage aux résistants et aux déportés du canton de Buzancy.

Août 2010 : Grotte de Floing : hommage aux fusillés.

Septembre 2009 : Berthaucourt : Commémoration de la Libération de Charleville, hommage aux résistants et déportés. Participation au financement de la gerbe (Eliane Carré-Lumbroso représente AFMD lors de la réunion de préparation)

 

3/ Accompagnement des familles et des associations (pèlerinages, recherches) : 

 

- Dossier enfants du 11è : à la demande de l’AMEJD (asso. de mémoire des enfants juifs déportés) du 11ème arrondissement de Paris, AFMD Ardennes a poursuivi les travaux  du dossier  concernant : les enfants Tyszler , déportés de Chagny .

- Accueil et accompagnement des familles en visite dans les Ardennes .

 

4/ Interventions en milieu scolaire  et en centre de vacances :

 

  • .Centre aéré du canton de  Buzancy, en juillet : 2 interventions en vue de préparer la commémoration de la libération du canton , à Nouart, le 9 août .
  • Concours national de la résistance et de la déportation : Outre sa participation au jury, AFMD a été invité à la rédaction des sujets.
  • Ecole primaire de Buzancy : novembre 2010, à l’occasion de la remise de la coupe de l’opération « Mémoire et sport », organisée par l’ONAC, intervention au sujet de Samy UZIEL, 9 ans, déporté de Buzancy .

 

5/Manifestations, publications :


  • Contribution à la réflexion nationale organisée par AFMD sur « l’ère de l’après-témoins ».
  • Travaux de Philippe Lecler sur le transport Compiègne-Buchenwald du 17/1/44, qui ont abouti à faire inscrire au mémorial de Compiègne des noms oubliés, dont celui d’Armel Guerne.
  • Colloque : « Autour de la Shoah dans les Ardennes » organisé avec le lycée Saint-Remi/Saint-Paul de Charleville. Participation aux travaux préparatoires, prêt d’exposition, contribution aux interventions (Philippe Lecler, C. Dollard-Leplomb)
  • Pièce de Théâtre : « Avec ou sans étoile », de Gérard Thévenin, par la troupe du Théâtre à pattes , de REIMS. Novembre 2010

En partenariat avec la médiathèque Voyelles de Charleville-Mézières, qui a œuvré à la bonne réussite de cette manifestation.

 

6/ Actions non réalisées :

 

- Plaque à Beaumont-en-Argonne : sa réalisation en 2011 a été confirmée le 15 Mars dernier par M. Guy Joseph, maire.

- Publication de l’historique des Juifs de la WOL : il est subordonné à la traduction du livre de Hersch Kaufmann, survivant de Balaives, 280 pages sur les juifs de la WOL des Ardennes écrites au lendemain de la guerre. C’est une source majeure impossible à contourner.

La traduction du yiddish au français, a commencé à s’effectuer laborieusement, grâce à une personne très âgée, qui en Israël, le traduit en hébreu. Le texte est ensuite retraduit en français.

- Développement des interventions en milieu scolaire : l’information diffusée par la voie du BDEN de l’inspection académique est inopérante . A nous de trouver d’autres voies.

 

7/ AFMD « national » 


Les contacts fructueux se sont poursuivis avec les DT de la Marne et de la Haute-Marne (échanges d’infos, d’expériences, de références, etc. Réalisation en cours d’un CDRom : 20 documents pour étudier la déportation en Champagne-Ardenne). 

 

8/Projets :


1/Attribution de la mention officielle « mort en déportation » et rectification des actes de décès inexacts et/ou incomplets.

C’est un problème national : le retard pris est inexpliqué et dangereux car il contribue à diminuer le nombre officiel des victimes.

Nous commencerons les démarches pour les enfants déportés des Ardennes, la plupart étant nés en France (exemple : les Rethélois Rachel et Icko Cyminski, et leur fille Hélène, ont un acte de décès collectif, établi par jugement, n’indiquant aucun lieu de décès et des dates inexactes, et sans la mention : « mort en déportation ».)

2/Constitution d’outils pédagogiques simples intégrant les faits locaux, concernant les adultes (résistants, politiques ou juifs)  et  les enfants déportés des Ardennes.

3/Poursuite des démarches auprès des communes pour l’apposition de plaques à la mémoire des déportés.

4/ Publication de l’histoire des ouvriers agricoles juifs étrangers à la WOL des Ardennes.

 

Repost 0